Eh bien! oui, tu es jeune, tu es poète, tu es dans ta beauté et dans ta force… Essaie donc. Moi je vais mourir, adieu, adieu. Je ne veux pas te quitter, je ne veux pas te reprendre, je ne veux rien. Rien. J’ai les genoux par terre et les reins brisés. Qu’on ne me parle de rien! Je veux embrasser la terre et pleurer. Je ne t’aime plus, mais je t’adore toujours. Je ne veux plus de toi, mais je ne peux pas m’en passer. Il n’y aurait qu’un coup de foudre d’en haut qui pourrait me guérir en m’anéantissant. Adieu, reste, pars, seulement ne dis pas que je ne souffre pas: il n’y a que cela qui puisse me faire souffrir davantage. Mon seul amour, ma vie, mes entrailles, mon frère, mon sang, allez-vous-en, mais tuez-moi en partant. Lettre de rupture de George Sand à Musset. 
2 notes
henricrabieres:

HUBERT ET DO
Histoire(s) du cinéma, Jean-Luc Godard
https://www.facebook.com/pages/Les-Abysses/173772232774560?fref=ts
Everything I need to know, I learned from Jean Paul Belmondo Everything I need to know, I learned from Jean Paul Belmondo.
morceaux de muscles de chair salie traîtres hébétés par le culs des autres
miséreux vendus et soumis aux plaisirs morts qu’entraînent ceux-ci
petites choses minables sexuées tristes vidées poussiéreuses
charognards à la coquille vide déguisés en chiens gracieux
vous n’êtes rien Messieurs. Aux Charognards - Aux Dictateurs. 
0 notes
http://hubertcrabieres.tumblr.com